Lusotho

 

À quelques minutes de marche de l’auberge où j’habite à Lusotho, cérémonie et regroupement, samedi après-midi, d’une vingtaine de femmes de la communauté qui célèbrent en chantant, en dansant et en priant, la fin de leur étude du Coran…

lus2

lus5

lus3

lusfin1

Quelle bonne idée de terminer dans la région de Lusotho mon séjour en Tanzanie!…

La ville de Lusotho est située au coeur de la région montagneuse de l’Usambara au nord-est de la Tanzanie entre Tanga et Moshi. Voir carte détaillée ci-dessous, reprise de l’article précédent, « Au pied du Kilimanjaro ».

La région de Lusotho, au coeur des montagnes de l’Usambara, à 200 kms au sud de Moshi, près de la frontière kenyane…

Perchée à 1200 mètres d’altitude, Lusotho est la ville principale de l’Usambara, une zone montagneuse, sauvage et difficile d’accès qui s’étend, au sud de la frontière avec le Kenya, entre l’océan Indien, à l’est, et le Mont Kilimanjaro, au nord-ouest.

Grâce à son altitude et à son climat agréable, Lusotho a longtemps été un refuge pour les anciens colons (allemands d’abord puis anglais) qui venaient chercher ici fraîcheur et repos, loin de la canicule de la côte.

Comme prévu, je me suis installé, au calme, dans une petite auberge qui appartient à la congrégation des Sœurs Usambara.

DSC02307 (2)

À 3.5 kms au sud de la ville, les Soeurs gèrent un immense terrain, accroché à flanc de montagne, où sont regroupés cinq établissements à vocation communautaire: un dispensaire, un centre de formation Montessori, un couvent, l’administration d’une école et une auberge ouverte aux voyageurs en quête de silence et de recueillement.

Un des nombreux édifices érigés sur le terrain que supervisent les Soeurs...

Un des nombreux édifices érigés sur le terrain que supervisent les Soeurs…

l04

… Chapelle où est célébrée la messe à 7h15 tous les matins…

Les Sœurs fabriquent aussi sur place confitures, fromages… et même une liqueur de banane!.. Trois délicieux repas faits maison y sont servis tous les jours…. Une bonne adresse!

Infos supplémentaires sur la région: http://www.usambaramountains.com/Accommodations/

DSC02495 (2)

Fromages entreposés au frais dans la cave… et, ci-dessous, quelques uns des produits fabriqués sur place…

l02

Afin de prendre le pouls de la région, et essayer de rencontrer et de mieux connaître les habitants, j’ai fait à pied tous les matins pendant sept jours l’aller-retour de 7kms entre l’auberge et le centre-ville de Lusotho…

l01

En montant vers Lusotho…

,,, sur la gauche, dans la vallée, scènes de la vie quotidienne...

,,, sur la gauche, dans la vallée, scènes de la vie quotidienne…

DSC02354 (2)

... En arrivant au centre-ville de Lusotho...

… Arrivée au centre-ville de Lusotho…

Sur le chemin, j’ai eu droit tous les jours à de belles leçons des membres de la communauté qui n’ont pas hésité à partager avec le visiteur – en swahili – les nuances de la politesse et des salutations de la culture tanzanienne…

–   Habari za asubuhi (Bonjour)

–   Nzuri, Asante (Je vais bien, merci)

ou

–   Shikamoo (Bonjour/Salut respectueux vers une personne plus âgée)

–   Marahaba (Je vais bien – Réponse de la personne âgée)

ou

–   Habari? (Ça va?)

–   Salama (Ça va, informel)

ou encore

–   Hujambo ou Jambo (Bonjour)

–   Sijambo, Asante. Akuna matata (Oui, ça va, merci, aucun problème)

Toute la richesse de la culture africaine se retrouve dans la subtilité de ces salutations, répétées dix fois par jour sur les chemins de campagne, toujours avec respect, en s’arrêtant, en tenant longuement la main de son interlocuteur, et en ne le laissant partir qu’à force de poignées de mains et de sourires, les yeux dans les yeux…

Malik, employé de l'auberge, qui m'a si gentiment aidé à décoder les subtilités de la culture tanzanienne

Malik, employé de l’auberge, qui m’a si gentiment aidé à décoder les subtilités de la culture tanzanienne

Qu’on est loin de nos « bonjour-ça-va, oui-ça va, et toi » dits en vitesse chez nous, et répétés mécaniquement dans l’ascenseur ou entre deux portes, une tasse de café dans une main et un téléphone portable dans l’autre…

l07

Après quelques jours de repos, je suis parti lundi, loin de Lusotho, explorer avec un guide les montagnes de l’Usambara…

La région est fertile… Pêches, pruneaux, avocats, canne à sucre poussent ici… on y cultive le café… et, comme d’habitude, il y a, sur les chemins,  des rencontres extraordinaires…

Paysanne portant sur la tête le bois dont elle servira pour faire du feu dans la cuisine

Paysanne portant sur la tête le bois dont elle servira pour faire du feu dans la cuisine

Maison de famille typique de paysan

Maison de famille typique de paysan de l’Usambara

Abu, 32 ans, enfant du pays... et mon guide pour la journée..

Abu, 32 ans, jeune père de famille, enfant du pays, grand amateur de reggae… et mon guide pour la journée..

DSC02449 (2)

La randonnée s’est terminée à la pointe Irente dont les pics surplombent la région…

Après cinq heures de randonnée, lundi... avant le chemin du retour à Lusotho

Après cinq heures de randonnée, lundi… avant le chemin du retour vers Lusotho…

Je suis reparti mardi en dalla-dalla, seul cette fois, explorer deux autres villages – Magamba et Migambo – situés à une vingtaine de kilomètres au nord de Lusotho…

Après quarante minutes de route et de nombreux lacets, devant la beauté du paysage, j’ai décidé de quitter le bus à Magamba… et de rejoindre, à pied, Migambo, 6 kilomètres plus loin…

Magnifique randonnée dans un cadre sauvage et exceptionnellement beau. J’ai même aperçu, le long de la route, des singes, accrochés aux branches des arbres…

Mardi matin, la route entre Magamba et Migambo...

La route entre Magamba et Migambo, mardi matin…

DSC02490 (2)

Faubourg de Migambo (à côté de Mullers Mountain Lodge où j’ai déjeuné)… Une autre « petite suisse » en Tanzanie…

DSC01682 (2)

Le voyage tire malheureusement à sa fin…

J’ai quitté mon auberge et Lusotho à 6 heures hier matin.

Huit heures de trajet en bus directement jusqu’à l’aéroport de Dar es Salaam, une heure trente de vol avec Rwandair, et me voilà de retour à Kigali, où j’ai passé la nuit, avant de rejoindre aujourd’hui, en début d’après-midi, Nyagatare…

DSC02460 (2)

Je quitte la Tanzanie avec regret et avec beaucoup de respect pour la tolérance qui règne dans le pays et la grande dignité dans laquelle vivent les habitants.

Musulmans et chrétiens semblent vivre ici en harmonie, loin des tensions et des intégrismes qui divisent certains pays voisins, comme le Kenya, par exemple, où des violences ethniques et politiques ont récemment éclaté à l’approche des élections générales prévues en mars.

Jahiruni, de confession musulmane... qui travaille à la réception et au service d'accueil de l'auberge St Eugenes... Un bel exemple d'intégration et de tolérance à la Tanzanienne....

Jahiruni, de confession musulmane… qui travaille à la réception et au service d’accueil de l’auberge St Eugenes… Un bel exemple d’intégration et de tolérance à la Tanzanienne….

D’après ce que j’ai pu voir pendant vingt-six jours, la Tanzanie est un beau modèle de stabilité et partout (sauf à Arusha, pour des raisons strictement mercantiles) l’accueil a été chaleureux, fraternel, et l’expérience positive.

Ce n’est pas long, vingt-six jours. Si j’avais le temps, je reviendrais! Il y a tant à voir et à faire en Tanzanie! Descendre par exemple le long de la côte, dans le grand sud, jusqu’à la frontière avec le Mozambique! Découvrir, à l’ouest, le lac Malawi et le lac Tanganyika! Explorer et vivre la diversité de chacune des huit frontières que la Tanzanie partage avec les pays voisins: Zambie, Congo, Rwanda, Burundi, Ouganda, Kenya, Mozambique et Malawi!

l20

Chorale d'enfants rattachée à l'église des Soeurs Usambara

Chorale d’enfants rattachée
à l’église des Soeurs Usambara

Abdulah, sculpteur sur bois, devant ses outils, dans sa boutique de Stone Town, à Zanzibar...

Pour terminer, un dernier portrait de la Tanzanie… Abdulah, sculpteur sur bois, devant ses outils, dans sa boutique de Stone Town, à Zanzibar…

Retour au Rwanda donc pour les prochains mois. Le travail m’attend, et reprend lundi matin.

Une nouvelle année scolaire s’ouvre ici…

L’aventure, elle aussi, continue…

Bonne année à tous!

14 réflexions sur “Lusotho

  1. Allô Max,
    Ces belles photos de Lusotho me rappellent Kenskoff dans les montagnes d’Haïti. Tu ne trouves pas? La terre rouge, les paysannes qui descendent de la montagne avec des légumes, …
    Vague de froid à Morin Heights ou je passe une semaine de repos. Moins 26 hier matin. Les conditions de sports d’hiver sont exceptionnelles suite aux importantes chutes de neige des dernières semaines.

    Bonne rentrée!

    • Allo Alix,
      Tu as raison pour Kenskoff… L’atmosphère ville de montagne, le grand marché deux fois par semaine qui attire les marchandes de toute la région, l’altitude (1200 mètres) est presque la même… La grande différence c’est qu’à Lusotho la pauvreté n’est pas aussi criante et évidente qu’à Kenskoff, et on se sent dans la région de l’Usambara en sécurité… Bonne fin de vacances à Morin Heights, et bonne année!

  2. Dear Max,
    When will you send your portfolio-ethnography-lived experiences to National Geographic? or to Discovery Channel? PBS? TV5? Le Monde? The Guardian? Lonely Planet-Guide de Routard-Bradt Guide Afrique? or shall we submit your experiences for you? Thank you…

    • Thank you CF. I am simply happy to share these experiences with my community… The feedback and comments are much appreciated. Happy New Year!

    • Merci, Ben! Je suis depuis vendredi de retour à Nyagatare. La petite saison sèche comme on l’appelle ici (janvier-mars) a commencé. Ciel nuageux le matin, et grand soleil l’après-midi. C’est aussi agréable de retrouver mon collègue Daniel et son épouse Rosalie… Projettes-tu un nouveau voyage à Dubai en 2013?… Bonne année!

  3. Gorgeous photos Uncle Max. We feel very blessed to follow your journey and share in your experiences as told by you.

    Love from Paul & Mary in Ottawa.

    • Thank you Paul & Mary! I also feel blessed by your support and encouragement. Looking forward to seeing you again soon! All the very best for 2013!

  4. Salut Max,
    quelles belles routes tu as traversées pendant ton court séjour en Tanzanie. Ton message de tranquilité entre les gens des deux groupes religieux est un signe d’espoir dans un monde tellement divisé. Que cela continue.
    Qui sait? Un jour, tu auras le temps de reprendre la route là-bas!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s