Grande visite de Kigali…

Petite ferme, au bout de la rue de notre quartier, à Nyagatare

Petite ferme, au bout de la rue de notre quartier, à Nyagatare

Mobilisation générale cette semaine à Nyagatare afin de préparer la visite du ministre de l’éducation dans une des écoles de la ville. Daniel et moi avons formellement été invités par le district à participer à la planification de l’événement qui a eu lieu, vendredi, à l’école Groupe Scolaire de Nyagatare, une école que nous connaissons déjà bien.

Discours du ministre de l'éducation devant la tribune officielle

Discours du ministre de l’éducation devant la tribune officielle

Tout s’est très bien déroulé. Les discours du maire, de la gouverneure de la province de l’est, et du ministre, ont été suivis d’activités organisées pour les élèves par la Fondation Imbuto, autour du thème de la lecture et du slogan: Today a Reader, Tomorrow a Leader.

Élèves (portant les t-shirts de la Fondation Imbuto) dans la bibliothèque de l'école GS Nyagatare

Élèves (portant les t-shirts de la Fondation Imbuto) dans la bibliothèque de l’école GS Nyagatare

Quelle belle surprise de rencontrer dans la tribune officielle Radegonde Ndejuru, directrice générale de la Fondation Imbuto (www.imbutofoundation.org) et ex-collègue de mon frère Alix avec qui elle a autrefois travaillé à Montréal. Le monde est vraiment petit! Merci, et félicitations à toute l’équipe, Radegonde, la journée a été un grand succès!

Retour à la tribune officielle. Au premier rang, de gauche à droite, la gouverneure de la province de l'est et Radegonde Ndejuru. Au deuxième rang, Max et Daniel.

Retour à la tribune officielle. Au premier rang, de gauche à droite, la gouverneure de la province de l’est et Radegonde Ndejuru. Au deuxième rang, Max et Daniel.

L’agitation et l’anxiété qui ont précédé l’arrivée du ministre, vendredi, contrastent singulièrement avec le rythme habituel et nonchalant de la ville… Tous les jours, le chemin qui mène ou nous ramène du travail nous réserve des surprises… Mercredi après-midi, en rentrant à la maison, nous avons fait une pause, imprévue, en compagnie d’un berger qui surveillait son troupeau de vaches dans un des nombreux champs de notre quartier.

Retour du travail, mercredi après-midi, à mi-chemin entre les bureaux du district et la maison...

Retour du travail, mercredi après-midi, à mi-chemin entre les bureaux du district et la maison…

Bien que Nyagatare se développe et que les chantiers de construction se multiplient, la ville demeure essentiellement une petite municipalité rurale où les champs et les fermes se nichent au pied des collines. La terre, fertile, permet aux agriculteurs de cultiver riz, maïs, pommes de terre, oignons, poireaux, aubergines, haricots, bananes, avocats, ananas et bien d’autres fruits et légumes. Une partie des récoltes est exportée vers l’Ouganda.

Vue panoramique (direction nord) de Nyagatare

Vue panoramique (direction nord) de Nyagatare

Vu l’abondance de la production agricole, il y a très peu de chômage dans la région. Il règne dans la ville une ambiance calme et paisible, chacun veillant tranquillement à sa famille et à son lopin de terre. En deux semaines, nous n’avons vu aucun mendiant. Malgré les pénuries d’eau et les coupures d’électricité, Nyagatare prospère.

Autre point de vue: Nyagatare, direction est.

Autre point de vue: Nyagatare, direction est.

Au premier plan, le centre-ville avec, à l'horizon, les collines de la province de l'est

Au premier plan, le centre-ville avec, à l’horizon, les collines de la province de l’est

Côté travail, la semaine a été fructueuse. Daniel et moi rencontrons les enseignants, les directeurs d’école, et nous avançons dans nos objectifs.

Un enseignant du GS Nyagatare nous a invités, mardi, à observer sa classe de géographie (S2). Moment précieux. Nous avons ensuite partagé avec lui nos observations. Il nous a remerciés.

La prochaine fois, avec l’accord de l’enseignant, nous incluerons dans la conversation le directeur de l’école qui, souvent, n’est pas habitué (ni formé) à initier et animer ce genre d’échange, pourtant essentiel dans la vie et dans la dynamique d’une école…

Réunion informelle, vendredi après-midi, pour clôturer une semaine bien remplie et réussie. De g. à d., Daniel, Martin, le DEO (District Education Officer) du district, et Mary, basée dans le secteur de Matimba, à 40 minutes de route, au nord-est de Nyagatare.

7 réflexions sur “Grande visite de Kigali…

  1. Maramutse Max !

    Amakuru ? Étrange d’avoir des nouvelles de Radegonde par ton blog. Tu pourrais faire chanter les élèves que tu rencontres sur ce thème…A world of tears… It’s a world of hopes, …There’s so much that we share…It’s a small world after all.

    Après une semaine à Jacmel et les montagnes du département du Sud-Est, Port-au-Prince me paraît un autre monde.

    Conduit prudemment, même avec un casque…

    Les photos sont superbes. Un vrai Tintin…

    Murabeho

  2. Bonjour Max, premiere fois de ma vie que je reponds a un blog, mais je ne peux m’empecher apres avoir lu Alix. (Au Rwanda, on nous appelle les BBC, Born Before Computers, contrairement aux Dot Com. Avez vous ces expressions dans votre lointain Nyagatare?)

    Ce fut vraiment un plaisir de rencontrer le « petit » frere d’Alix, une personne dont je garde un tres bon souvenir.

    Vous faites vraiment un superbe boulot a Nyagatare et Dieu sait comme on en a besoin!
    On reste en contact et fais moi signe si tu passes par Kigali, ca me ferait plaisir d’avoir une plus longue discussion.
    Belles photos, j’espere que ca attirera Alix!

  3. Je te trouve en très bonne forme, Max!
    Le grand départ demain pour Dubaï avec Philip….pas de blogue pour moi, mais beaucoup de photos à partager à mon retour.
    Ben

  4. Bon voyage à Dubaï, Ben, et bon retour d’Haïti, Alix!
    Radegonde, merci mille fois… Dans notre lointain Nyagatare, les ordinateurs sont, malheureusement, encore très rares dans l’espace public…

  5. Maramutse Max !
    C’est avec grand plaisir que je viens de lire le récit de ces dernières semaines. Tu sembles bien t’adapter à la vie en milieu rural avec tous les aléas d’une infrastructure fragile … les coupures d’eau fréquentes et l’absence de cuisine doivent grandement compliquer ta vie quotidienne !
    Côté travail, je vois que ton emploi du temps est bien rempli et que tu n’as pas chômé depuis ton entrée en fonction. Quels défis énormes dans le domaine de l’enseignement non seulement pour les enseignants du Rwanda, mais aussi pour toi qui essaie de les aider de ton mieux avec des moyens très limités ! Mais je vois que tu ne manques pas d’optimisme et je suis certaine que tu réussiras à apporter des améliorations à un système qui a de vastes besoins … rien à voir avec les défis des enseignants en Colombie Britannique !
    Que d’évènements aussi en si peu de temps : visite du ministre, rencontre surprise avec une amie de ton frère, visite des écoles et travail avec les profs et les directeurs, tu n’as pas le temps de t’ennuyer !
    Comment fais-tu pour alimenter régulièrement ton blog et accéder à l’internet si, comme tu le décris, les ordinateurs sont rares et les coupures d’électricité fréquentes ? Est-ce plus difficile parce que tu es en milieu rural ou est-ce une situation courante partout dans le pays ?
    A Vancouver, tout va bien pour nous. Nous avons le meilleur des automnes des 30 dernières années (chaud, sec et ensoleillé) et nous en avons profité pour faire de belles randonnées (Squamish, Belcarra, Whistler, Pemberton) chaque fin de semaine depuis un mois, plus quelques balades en vélo et un peu de tennis … donc on est en pleine forme, physique autant que mentale ! Rien de mieux pour bien commencer l’année scolaire ! Diana va bien et je la trouve moins stressée cette année, bien qu’elle ait choisi de retravailler à temps plein.
    Merci pour les photos, elles sont superbes ! Bonne continuation et au plaisir de lire la suite de tes aventures !
    Annie

    • Merci mille fois, Annie!… Pour répondre à tes questions sur l’internet, le gouvernement rwandais a très intelligement investi dans la technologie de pointe et/ou sans fil dans certains secteurs clés… Les ministères, par exemple, et les 30 districts du pays ont en général accès à une connection internet ultra rapide via fibre optique… À l’autre bout de l’échelle, dans les cafés internet (très fréquentés à Kigali, pratiquement inexistants à Nyagatare) l’accès à la toile est beaucoup plus lent et peu fiable… Entre les deux, il y a la classe moyenne rwandaise… et les coopérants de VSO… qui achètent (pour environ $30) un modem portable qu’ils branchent à leur ordinateur. Nous achetons tous les mois du temps d’antenne/de connection internet. Le tarif est raisonable (environ $8/mois) mais la qualité du service varie énormément selon le moment de la journée ou même le jour de la semaine. L’avantage, c’est que le modem permet l’accès à l’internet, partout au pays, 24h/24, avec ou sans électricté pour les ordinateurs portables, qui peuvent fonctionner sur piles… On est loin des téléchargements ultra rapides de Shaw, de Bell ou de Telus mais, avec de la patience, cela fonctionne…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s