Murabeho (au revoir) Rwanda!

Vendeur de canne à sucre et enfants, Nyagatare, juillet 2013

enfants nyagatare

cane3

Semaine chargée d’émotions…

Je quitte le Rwanda dans quelques heures, après avoir passé les derniers jours à dire au revoir à mes collègues du district, au personnel de VSO, et aux nombreux coopérants canadiens, hollandais, kenyans, anglais, revus avec tant de plaisir lors de notre conférence à Kigali, mi-juillet…

Réunion de fin de contrat, en compagnie de Ruth Mbabazi, responsable à VSO Rwanda des programmes en éducation, Kigali, 26 juillet 2013

J’ai aussi passé les derniers jours à dire au revoir à Nyagatare… Nyagatare qui a tellement changé depuis onze mois… La ville grandit… Partout, des chantiers, de grands travaux sont en cours afin d’accommoder l’afflux de nouveaux arrivants…

Nyagatare, juillet 2013

Nyagatare, juillet 2013

Un immense chemin de fer est en construction dans la région. Une fois terminée, la voie ferrée reliera Mombassa, au Kenya, à Bujumbura, au Burundi. Le tracé de la ligne passe par Nyagatare, et les employés du district essaient tant bien que mal de planifier le formidable boom économique et immobilier que connaîtra la ville, une fois le projet achevé…

maison en construction, Nyagatare

Maison en construction, Nyagatare

Au revoir également aux commerçants de Nyagatare qui m’ont si gentiment accueilli depuis la mi-septembre…

John, propriétaire du seul "supermarché" de Nyagatare, qu'on peut voir ci-dessous

John, propriétaire du seul « supermarché » de Nyagatare, ci-dessous…

magjohn

Claudine, dont la boutique est située à une dizaines de metres de son concurrent

Claudine, autre commerçante, dont la boutique est située à une dizaines de mètres de son concurrent…

claudine2

Josiane, qui gère un petit "dépanneur" dans notre quartier, qu'on peut voir ci-dessous...

Josiane, qui gère le petit « dépanneur » de notre quartier, qu’on peut voir ci-dessous…

Notre quartier, photographié plus tôt cette année... Notre maison est située sur la gauche, dans la zone boisée

Notre quartier, photographié plus tôt cette année… Notre maison est située sur la gauche, dans la zone boisée

Certains adieux ont été plus difficiles….

Avec Aimé par exemple, notre gardien et garçon à tout faire depuis bientôt deux mois… depuis que notre ancien gardien, Théogène, a disparu, fin mai, après trois jours de boisson et d’ivresse, sans laisser d’adresse… Théogène n’est jamais revenu…

Aimé, notre gardien depuis deux mois. Sa carte d'identité indique qu'il a 23 ans... au lieu des 18 ou 19 ans qu'il semble avoir...

Aimé, notre gardien depuis deux mois. Sa carte d’identité indique qu’il a 23 ans…

Célestin, mon fidèle chauffeur de moto, depuis début janvier…

Célestin, étudiant le soir, en gestion, à la polytechnique de Nyagatare et, pendant la journée, chauffeur de moto, six jours sur sept...

Célestin, étudiant en gestion, le soir, à la polytechnique de Nyagatare…

Ibrahim qui tient avec talent, au centre-ville de Nyagatare, une petite boutique de musique et de photo…

Ibrahim dans sa boutique

Ibrahim dans sa boutique de musique…

Au revoir également aux élèves et aux enseignants des écoles de notre quartier… En particulier aux professeurs de l’école GS (Groupe Scolaire)  Nyagatare (située à quelques centaines de mètres notre maison), professeurs avec qui nous avons beaucoup travaillé cette année…

Éraste, 71 ans, professeur au primaire à l'école GS Nyagatare. C'est lui qui, tous les matins, à 6h, ouvre les grilles de l'école.... Il est aussi souvent l'un des derniers à quitter l'établissement, à 17h.

Éraste, 71 ans, professeur au primaire à l’école GS Nyagatare. Francophone émérite. C’est lui qui, tous les matins, dès 6h, ouvre les grilles de l’école…. Il est aussi souvent l’un des derniers à quitter l’établissement, à 17h.

La cour de recréation, Groupe Scolaire Nyagatare

La cour de récréation, Groupe Scolaire Nyagatare

Olivier, ex-comptable à GS Nyagatare, toujours aimable et souriant, travaille maintenant comme enseignant-libraire...

Olivier, ex-comptable à GS Nyagatare, toujours aimable et souriant, travaille maintenant comme enseignant-libraire…

De gauche à droite, Robert, jeune professeur de langues à GS Nyagatare (swahili, anglais et français) en compagnie de deux collègues, Dominique, professeur au primaire et Damian, mentor en anglais, originaire de l'Ouganda.

De gauche à droite, Robert, jeune professeur de langues à GS Nyagatare (swahili, anglais et français) en compagnie de deux collègues, Dominique, professeur au primaire et Damian, mentor en anglais, originaire de l’Ouganda.

Au revoir, Nyagatare… et merci de m’avoir hébergé pendant onze mois!

La rue principale de Nyagatare, juillet 2013

La rue principale de Nyagatare, juillet 2013

Cela va être difficile de se réhabituer au rythme des grandes villes! À la circulation automobile surtout, pratiquement inexistante à Nyagatare…

Nyagatare, saison sèche, juillet 2013

Nyagatare, saison sèche, juillet 2013

ET MAINTENANT?

Mon vol pour Bruxelles et Paris part dans quelques heures…

Je quitte le Rwanda avec des sentiments mitigés.

Très heureux d’être venu, et d’avoir apporté, via CUSO/VSO, ma modeste contribution au développement du pays… Il y a encore tant à faire!

Bonne chance à ma remplaçante, Lesley, directrice d’école, maintenant à la retraite, qui vient d’Angleterre, et qui a signé avec VSO un contrat de deux ans comme Education Leadership Advisor (ELA) à Nyagatare. Lesley sera sur le terrain dans quelques semaines.

Très heureux aussi de rentrer, et de retrouver, en France et au Canada, mes repères, mon anonymat, et une liberté d’expression qui fait cruellement défaut au Rwanda…

Et maintenant?

Après 35 articles écrits depuis le mois de juillet, l’an dernier, je vais me taire… mais pas complètement!

Un nouveau blog est né.

Les articles y seront moins fréquents, les rendez-vous, plus espacés…

Pour tous ceux et celles que cela intéresse, les aventures continuent à: Carnets de voyage ou cliquez ici

Kibuye, juillet 2013

Kibuye, juillet 2013 de

DSC04963 (3)

À bientôt!

Max

Publicités

Remera

Il sera bientôt temps de mettre fin à ce blog!…

Deux semaines avant mon départ du Rwanda, retour, dans cet avant-dernier article, sur mon récent voyage dans la province du nord…

Le lac Ruhondo, vu de Remera et, ci-dessous, le sourire des habitants, juillet 2013

Le lac Ruhondo, vu de Remera et, ci-dessous, le sourire des habitants de la région, juillet 2013

ruhondo7 ruhondo8

Retour en particulier sur mon séjour à Remera, petit village de montagne, où est situé, depuis plus de quarante ans, le Foyer de Charité, lieu de silence et de recueillement, où j’ai passé, début juillet, quelques jours de repos, de retraite, au milieu d’un paysage grandiose et d’une population rurale toute étonnée de voir un étranger, un «umuzungu », déambuler parmi eux!

Transport de marchandises et routine quotidienne, le long du chemin entre le lac Ruhondo et Remera, juillet 2013

Transport de marchandises et trajet quotidien, le long du chemin entre le lac Ruhondo et Remera, juillet 2013

Ruhondob3

Malgré sa proximité avec Musanze (à quarante minutes de moto, à l’ouest), la région de Remera accueille très peu de touristes.

panneau2

panneau1

Le lieu est difficile d’accès. En quittant la route nationale Musanze-Kigali, au carrefour Ruhondo, une piste (en cette saison, très poussiéreuse) de douze kilomètres grimpe à flanc de montagne et aboutit, à 1800 mètres d’altitude, à deux villages adjacents: Remera et Ruhondo.

Côté cour, la route qui relie Remera à Ruhondo. Côté jardin, ci-dessous, Remera

Côté cour, la route qui relie Remera à Ruhondo. Côté jardin, ci-dessous, Remera

balade ruhondo3

De Remera, la vue sur le lac Ruhondo est magnifique. Il n’y a pas un bruit. Sauf celui des buffles, au loin, qui barbotent sur les rives du lac. À l’horizon, les montagnes de la chaîne Virunga. Nous sommes ici, à vol d’oiseau, à une quinzaine de kilomètres du lac Burera, au nord, et à une trentaine de kilomètres environ de la frontière ougandaise.

Grand sentiment de sérénité.

Le Foyer de Charité

Le Foyer de Charité

Le Foyer de Charité, construit par le père belge Guy Claessens, accueille, depuis 1968, voyageurs et pélerins en quête de calme et de retrait…

Foyer de Charité, Remera, Rwanda

Résidents du Foyer, à l’heure du repas… Les mets sont délicieux, et le Foyer produit même son propre pâté!…

À partir du Foyer, plusieurs sentiers descendent jusqu’au lac Ruhondo…

chemin

Promenades extraordinaires…

ruhondo13

Allons rejoindre sur les chemins les paysans qui vivent autour du lac…

Lac Ruhondo, juillet 2013

Lac Ruhondo, juillet 2013

ruhondo9

Les enfants, comme partout ailleurs, sont au travail, avant de rejoindre, l’après-midi, l’école, située tout en haut du lac…

Les enfants, comme partout ailleurs, sont au travail, avant de rejoindre, l'après-midi, l'école, située tout en haut du lac...

ruhondob6

C’est dans ce cadre splendide que j’ai fait, pendant quatre jours, de belles et longues promenades…

Ruhondob5

Ce seront presque les dernières au Rwanda… puisqu’il faudra, dans quelques jours, dire au-revoir à l’Afrique!

Ruhondob4

Dans une quinzaine de jours, ce blog prendra donc définitivement congé!

Départ du Rwanda, le 27 juillet, pour Bruxelles et Paris…

Quelle aventure depuis mon départ de Vancouver, le 31 août, l’an dernier!

Nyagatare, juin 2013

Nyagatare, juin 2013

J’aimerais remercier tous ceux et celles qui ont, depuis un an, suivi ce blog et qui y ont contribué, par leurs commentaires et leur soutien.

Merci à tous!

ruhondob1

J’aimerais aussi dédier cette série d’articles à mes neveux et nièces, jeunes adultes, et les encourager à aller eux aussi explorer le monde, et partager leur talent à l’étranger.

L’un d’entre eux a déjà ouvert la voie…. Bravo à Philip, en poste, depuis dix mois déjà, à Dubai!

Emmanuelle et Noémie, Philip et Paul, Ariane et Alexia…

Le monde est à vous!

Jours de soleil…

soleil1

Nyagatare, secteur Karangazi, mai 2013

Nyagatare, secteur Karangazi, mai 2013

Quelle incroyable expérience cela a été de venir travailler et vivre en Afrique pendant un an!

Le Rwanda est un pays de contrastes étonnants… bouleversants… parfois révoltants.

Nyagatare Rwanda

Nyagatare, mars 2013

Quelques semaines avant mon départ, coup d’oeil dans le rétroviseur sur les rencontres, les événements et les enseignements des dix derniers mois…

Que vais-je regretter de ce pays complexe et déroutant en rentrant, bientôt, au Canada?

Quelles sont les choses que je serai heureux de laisser derrière moi?

Voici (jours de soleil) quelques uns des très beaux souvenirs du Rwanda que je mettrai dans mes bagages, fin juillet.

Une des rues principales de Nyagatare, juin 2013

Une des rues principales de Nyagatare, juin 2013

1 – Le sourire, la gentillesse et la chaleur des gens

Rusizi/Cyangugu, avril 2013

2 – Le courage et la grande dignité des paysans, partout au pays

Secteur Mukama, mai 2013

3 – Le sentiment de communauté et d’appartenance qui unit la majorité des Rwandais, surtout dans les zones rurales, véhiculé, en partie, par une langue commune, le Kinyarwanda.

4 – L’hygiène de vie et l’alimentation. La plupart des habitants de la région de Nyagatare font, tous les jours, plusieurs kilomètres à pied ou en vélo pour se rendre au travail ou à l’école. Difficile dans ces conditions d’avoir de l’embonpoint.

alimentation

5 – L’énergie et le désir d’apprendre des enfants à l’école

Étudiants du niveau P6 de l’école Cyonyo, 10 juin 2013.

6 – La nature et les sentiers magnifiques de la région de Nyagatare!

Panorama de la région de Nyagatare, avril 2013

Panorama de la région de Nyagatare, avril 2013

7. Le folklore de certaines traditions rwandaises. En particulier, l’importance accordée à la vache qu’on donne, comme dot, en mariage, ou comme cadeau de fin d’année aux enseignants méritants.

Le lait de la vache est également un breuvage traditionnel important, presque sacré dans certains villages.

vaches

8. Les enfants, souvent pieds nus, rencontrés dans la campagne. Que vont-ils devenir? Les filles surtout. Les familles de paysans renâclent bien souvent à envoyer leurs enfants à l’école. À cause des coûts: frais de scolarité et achat de l’uniforme, obligatoire dans toutes les écoles. La présence des enfants est aussi nécessaire dans les champs, pour sarcler, défricher…

Nyagatare, avril 2013

Nyagatare, avril 2013

9. Le soutien et l’entraide de certains coopérants bénévoles de VSO. Exemple: Hetty, originaire de la Hollande, venue du district de Kamonyi co-animer avec moi, le 5 juin, un atelier sur la gestion du temps – un grand défi au Rwanda.

L’atelier a réuni à Nyagatare 44 participants, enseignants et directeurs d’école, venus des 14 secteurs du district. Grand succès. Merci, Hetty!

Hetty, coopérant VSO bénévole de la Hollande

Hetty, coopérante bénévole VSO, de la Hollande

10 – Le soleil et le chant des oiseaux, tous les matins, au réveil.

02

11 – Le Centre (l’hôtel) Béthanie, situé à Kibuye, et ses petits déjeuners somptueux, servis tôt le matin au bord du lac Kivu!

Centre Bethany, Kibuye, Karongi Rwanda

Trois mots pour terminer.

Nkusi, étudiant en S2 à l'école GS Nyagatare. Son objectif: devenir Premier ministre du Rwanda! Bonne chjance, Nkusi!

Nkusi, étudiant en S2 à l’école GS Nyagatare. Son objectif: devenir Premier ministre du Rwanda! Bonne chance, Nkusi!

Le premier, sur le climat. Après quelques semaines de fortes pluies au mois d’avril, la grande saison sèche est brusquement arrivée, beaucoup plus tôt que prévu.

Secteur Rwempasha, 14 juin 2013

Secteur Rwempasha, 14 juin 2013

Depuis la mi-mai, il n’a pratiquement pas plu dans la région de Nyagatare. Les champs sont desséchés. Le maïs, le sorgho, brûlent au soleil. Et les paysans sont maussades, inquiets pour leurs récoltes.

Secteur Rwempasha, 14 juin 2013

Secteur Rwempasha, 14 juin 2013

Le thermomètre monte tous les jours jusqu’à 30 ou 32 degrés. Les rues de la ville sont pleines de poussière. Climat chaud et sec prévu jusqu’à la mi-août.

En compagnie d'Adolphe, diirecteur de l'école Groupe scolaire Bweya, Secteur Rwempasha, le vendredi 14 juin 2013

En compagnie d’Adolphe, diirecteur de l’école Groupe scolaire Bweya, Secteur Rwempasha, le vendredi 14 juin 2013

Bouchées doubles et journées très intenses, côté travail. Afin de vérifier et d’évaluer l’impact des ateliers offerts ce trimestre dans les écoles, j’ai décidé de rendre visite, du 10 au 19 juin, à six établissements, situés dans six secteurs différents du district: Karama, Karangazi, Mimuli, Nyagatare, Rukomo et Rwempasha.

Objectif: dans chacune des écoles, observer, avec le directeur de l’établissement, 2 enseignants. Et évaluer si ces professeurs incorporent, dans leurs leçons, les stratégies d’enseignement suggérées lors des ateliers.

École Mirama, 12 juin 2013

École Mirama, 13 juin 2013

Le résultat est, pour l’instant, encourageant. Dans les trois écoles et les six classes visitées cette semaine, la méthodologie d’enseignement change, peu à peu. Les professeurs, timidement, délaissent la craie et le tableau et encouragent leurs élèves à travailler en petits groupes. La disposition des pupitres change aussi. Les étudiants les plus forts, dans chaque groupe, aident les plus faibles.

Travail de fourmi, mais les choses progressent, lentement…

m1

Derniers jours de vacances, enfin, à partir du 27 juin. Destination: Musanze, dans la province du nord, et ensuite Remera, à une quinzaine de kilomètres, au sud-est de Musanze. Je passerai 3 ou 4 jours à Remera, dans un centre d’accueil, en retraite, sur un site magnifique, perché très haut au-dessus du lac Ruhondo. Dernière étape de ces courtes vacances, Kibuye, afin de dire au-revoir au lac Kivu.

Retour à Nyagatare le 8 ou le 9 juillet.

Le calendrier ensuite s’accélère, puisque tous les coopérants de VSO doivent participer, à Kigali, du 15 au 18 juillet, à la grande conférence annuelle sur le programme d’éducation au Rwanda.

Il ne me restera plus ensuite que quelques jours pour faire mes bagages, et dire au-revoir à Nyagatare…

Paris, au mois d’août…

Un mois et trois semaines avant mon départ de Nyagatare!…

La fin de mon contrat d’un an au Rwanda approche à grands pas. Et je me surprends, de plus en plus souvent, à penser aux quatre semaines que ma compagne et moi allons passer à Paris avant de rentrer, fin août, à Vancouver.

Montmartre et le Sacré-Coeur - vus de l'intérieur du musée d'Orsay, février 2012

Montmartre et le Sacré-Coeur, à l’horizon – vus d’une fenêtre du musée d’Orsay, février 2012

Malgré la beauté de la région de Nyagatare, la gentillesse de la population, l’accueil partout chaleureux, cela a été ici, depuis dix mois, en un sens, la grande disette. La ville n’a pas de cinéma, de théâtre, de librairies. La plupart des organes de presse sont sévérement contrôlés au Rwanda, et les gens doivent faire attention à leurs propos, en public.

J’ai hâte de retrouver, en France, dans les conversations, dans la presse, dans la vie quotidienne, liberté de parole et d’expression…

J’ai aussi hâte de retrouver, à Paris, les habitudes et les lieux suivants:

Belleville - hiver 2012

Belleville – hiver 2012

1 – Belleville et les quartiers dits « populaires » du nord-est parisien: Ménilmontant, Gambetta, le quartier du Père-Lachaise, la rue du Faubourg du Temple…

2– Le parc des Buttes-Chaumont et, à dix minutes de marche, au nord-est du parc, les villas et les allées piétonnes de la rue Mouzaïa

3 – L’atmosphère des cafés de Paris

4. Les petits restaurants asiatiques de Belleville et dans le quartier chinois du 13è arrondissement

5 – Pouvoir acheter en kiosque, tous les jours de la semaine, à partir de 13h, Le Monde.

Paris, lors de mon plus recent séjour en janvier/février 2012

Paris, lors de mon plus récent séjour en janvier/février 2012

6 – Les marchés de Paris. Deux de mes préférés: le marché d’Aligre (12è) ouvert tous les jours sauf le lundi, et le marché Belgrand (20è), ouvert le mercredi et le samedi.

7. Le bois de Vincennes. (Nous passerons une partie de nos quatre semaines à Paris, au calme, à Vincennes, à deux pas du bois. Et à proximité du Collège Albert de Mun où j’ai été étudiant pendant deux ans).

Février 2012

Février 2012

8 – Marcher tous les jours, partout, en évitant le plus possible de prendre le métro. (Pourquoi aller s’enterrer dans une des plus belles villes du monde, surtout l’été)? Au besoin, prendre le bus ou le tram.

9 – Se rendre tous les matins à la boulangerie, et les après-midis… à la pâtisserie!

paris07

10 – Aller au théâtre, au cinéma, passer des heures dans les librairies!

Rue de Belleville

Rue de Belleville

Accident à Nyagatare

Un immeuble en construction au centre-ville de Nygatare s’est effondré hier au milieu de l’après-midi. Six personnes sont mortes. Trente autres ont été blessées.

Parmi les blessés, des piétons et de nombreux ouvriers qui ont été retrouvés sous les décombres par les sauveteurs.

Ce qui restait ce matin, mercredi, des décombres de l'immeuble écroulé...

Ce qui restait ce matin, mercredi, des décombres de l’immeuble écroulé…

n2

n01

Les causes de l’accident ne sont pas encore confirmées, mais on soupçonne le propriétaire de l’immeuble (de quatre étages) d’avoir voulu, en pleine construction, agrandir et modifier la structure de certaines pieces du bâtiment… Une enquête est en cours.

La ville est en deuil et pleure ses morts.

La nouvelle de l’accident s’est répandue comme une trainée de poudre dans tout le pays. Les journaux, les radios (dont la BBC) ont relayé et commenté l’événement.

Moins de deux heures après le drame, nous avons reçu un appel du bureau de VSO à Kigali qui voulait vérifier que nous étions sains et saufs. Merci, VSO!

SVP voir ci-dessous infos supplémentaires sur l’accident:

http://www.newtimes.co.rw/news/index.php?i=15359&a=66957

Sur la route de l'école Gashahi, mardi matin 14 mai

Sur la route de l’école Gashahi, mardi matin 14 mai

Mon collègue Daniel et moi étions hier à l’école Gashahi, dans le secteur de Mukama, afin de donner un atelier aux enseignants et à l’équipe administrative de l’établissement. Quatre heures de moto, aller-retour, depuis Nyagatare.

En compagnie de l'équipe d'enseignants de l'école Gashahi, mardi matin

En compagnie de l’équipe pédagogique de l’école Gashahi, mardi matin

Gashahi2

ÉLECTIONS EN COLOMBIE-BRITANNIQUE

Surprise monumentale ce matin devant le résultat des élections en Colombie-Britannique.

Comment un parti (le NPD), donné largement gagnant au début de la campagne électorale, peut-il, en un mois, perdre une avance de 20 points dans les sondages?

Le parti libéral a remporté hier une quatrième victoire consécutive et gagne même 5 sièges à Victoria. Le NPD en perd 3.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique sera, encore une fois, pendant les quatre prochaines années, résolument ancré au centre-droit

Consolation pour la gauche. Un candidat du parti vert a, pour la première fois, été élu député provincial, dans une circonscription de la capitale, Victoria.

Dernier constat. Les quatre provinces les plus importantes du Canada (par la population) sont maintenant dirigées par des femmes: le Québec, l’Ontario, l’Alberta et la Colombie-Britannique.

Butare (Huye)

Après deux jours de réunions à Kigali, jeudi et vendredi, j’ai enfin pu passer un weekend à Butare (aujourd’hui, Huye), ville principale de la province du sud, située à une trentaine de kilomètres de la frontière avec le Burundi.

Une des artères principales de Butare, la Rue de Kigali, samedi 11 mai

Une des artères principales de Butare, la Rue de Kigali, samedi 11 mai

Je me promets de visiter la ville depuis plusieurs mois. Butare est le centre intellectuel du pays, et la ville est réputée pour la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles. C’est ici qu’est situé le campus de l’Université nationale du Rwanda  qui compte aujourd’hui plus de 11 000 étudiants. C’est aussi à Butare qu’a été construit en 1988 l’un des plus beaux musées du continent africain, le Musée national du Rwanda.

Buare, samedi matin

Butare, près de l’université, samedi matin

butare u

C’est par une visite au musée que j’ai d’ailleurs commencé samedi matin mon séjour à Butare. En arrivant sur les lieux, j’ai eu un instant l’impression de retrouver l’atmosphère du Musée d’Anthropologie de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver. L’océan en moins. Le terrain boisé de 20 hectares sur lequel repose le musée est splendide.

Entrée et  partie du terrain du musée national

Entrée et (ci-dessous) une partie du terrain du musée national

musee2

Dans les galeries du musée, des photos saisissantes sont exposées – prises au début du siècle dernier par des explorateurs allemands et anglais et par des missionnaires…

Butare Rwanda Musee National Museum

Photos, Musée national du Rwanda

Mort d'éléphant, Ruhengeri, 1909

Mort d’éléphant, Ruhengeri, 1909

Paysan sarclant sa terre avec sa houe, 1910

Paysan sarclant la terre avec sa houe, 1910

Paysans exhibant leur carte d'identité, 1910

Paysans exhibant leur carte d’identité, 1910

On célèbre, dans chacune des galeries et des vitrines, les coutumes et les traditions du Rwanda…

Paniers de paix, un des symboles de la culture rwandaise

Les paniers de la paix, un des symboles de la culture rwandaise

Le pays, même s’il demeure en grande partie agricole, a bien changé depuis…

Chef en voyage, 1910

Chef en voyage, 1910

Zèbre pris dans un piège, 1910

Zèbre pris dans un piège, 1910

Soleil éclatant en sortant du musée. Il règne dans la ville la même ambiance calme et paisible qu’à Moshi, en Tanzanie, où j’ai passé quelques jours, fin décembre. Les deux villes partagent une architecture similaire et le même type d’avenues, larges, ombragées, bordées de grands arbres.

La route qui longe l'Université

La route qui longe le campus de l’université

Butare respire la tranquillité… On est bien loin ici de l’agitation, du bruit et de la pollution de Kigali!

La cathédrale de Butare, samedi 11 mai.

La cathédrale de Butare, samedi 11 mai.

Je m’arrête pour déjeuner dans un des restaurants connus de la ville… un restaurant chinois! Où je déguste un plat succulent de riz blanc assaisonné de boeuf et de légumes…

DSC04210 (2)

Si seulement on pouvait déguster ce type de plat dans un restaurant à Nyagatare!...

Si seulement on pouvait trouver ce type de plat dans un restaurant à Nyagatare!…

Le centre-ville de Butare, samedi après-midi

Le centre-ville de Butare, samedi après-midi

Autre surprise en rentrant à mon hôtel. Je découvre, près du campus de l’université, un petit café qui vend des produits locaux, dans un cadre authentique.

Café de la région de Butare

Café rwandais…

Je m’arrête afin de goûter un espresso que prépare avec talent Asumpta, une des deux employées de la maison. Le café est délicieux! J’en ramènerai demain à Nyagatare…

Asumpta préparant le café...

Asumpta préparant le café…

Après Kibuye, Butare, en quelques heures, est devenue ma deuxième ville préférée au Rwanda… On peut même entendre ici, dans les rues et certaines boutiques de la ville, des airs de reggae, de salsa!…

DSC04161 (2)

Bonnes nouvelles du côté de VSO Rwanda. J’ai reçu lors des réunions tenues cette semaine à Kigali confirmation qu’il y aura bien après mon départ, dans le courant de l’automne, un nouveau coopérant bénévole qui continuera dans le district de Nyagatare le travail de gestion scolaire amorcé depuis septembre. Le financement et l’accord du district sont confirmés. Reste à recruter le/la candidat(e).

Satisfaction de savoir que mon travail cette année a été apprécié, et qu’un nouveau ELA viendra bientôt me remplacer.

À un(e) autre maintenant de reprendre le relais.

Après un atelier, en compagnie de l'équipe pédagogique du groupe scolaire Karangazi, vendredi 3 mai.,

Après un atelier, en compagnie de l’équipe pédagogique du groupe scolaire Karangazi, vendredi 3 mai.,

Ai aussi reçu cette semaine du bureau de CUSO à Ottawa le courriel standard destiné aux coopérants qui s’apprêtent à revenir au pays. Instructions sur les rapports à préparer, les formalités à remplir… et une invitation à participer à Ottawa cet automne à un weekend de retrouvailles et de réflexion pour les coopérants de retour de mission…

Le départ n’est plus très loin maintenant. Deux mois et quelques jours avant de retrouver Diana à Paris!

Buare, fin de journée, samedi 11 mai

Butare, fin de journée, samedi 11 mai

Un dernier mot de politique pour finir. Il y aura, mardi, en Colombie-Britannique (la province où j’habite au Canada) des élections. Le Nouveau Parti Démocratique (NPD), situé au centre-gauche, donné très largement gagnant au début de la campagne électorale a vu son avance dans les sondages fondre comme neige au soleil. Le Parti Libéral, situé au centre-droit, parviendra-t-il, contre toute attente, à remporter un quatrième mandat consécutif?

Réponse vers 10 heures, mardi soir, heure de Vancouver (7 heures du matin, mercredi, à Nyagatare).

Bonne semaine à tous!

Les écoles de Nyagatare

Les membres du club Tuseme (Dire la culture) de l'école Ntoma, mercredi 24 avril
Les membres du club Tuseme (Dire la culture) de l’école Ntoma, mercredi 24 avril

J’aimerais aujourd’hui rendre hommage à toutes les écoles du district de Nyagatare qui, depuis bientôt neuf mois, nous ouvrent généreusement leurs portes et nous accueillent si chaleureusement!

Jean-Baptiste, directeur de l'école Rutaraka, entouré de quelques uns de ses élèves
Jean-Baptiste, directeur de l’école Rutaraka, entouré d’un groupe d’élèves

Depuis la mi-septembre, mon collègue Daniel et moi sommes à chacune de nos visites reçus dans les écoles avec le sourire, déférence, et selon un protocole réservé d’habitude à de grands dignitaires.

L’accueil est souvent bouleversant.

Comme en témoignent les photos ci-dessous, prises lors de notre visite, mercredi, à l’école primaire Ntoma, située dans le secteur de Matimba, à quelques kilomètres seulement de la frontière avec l’Ouganda…

Sous la supervision des enseignants, les membres du club Tuseme de l’école ont voulu partager avec nous quelques unes des danses traditionnelles de la région…

Toute l’école a assisté au spectacle!

Tuseme001

Tuseme2

Tuseme 002

Le rituel de nos visites est maintenant bien rôdé.

Après un entretien au téléphone avec le directeur de l’établissement afin de confirmer la logistique et les objectifs de notre visite, nous arrivons en général à l’école vers 8h30 ou 9 heures, en moto-taxi. (Merci à mon collègue Daniel pour quelques unes des photos suivantes)

école2

Le trajet jusqu’à l’établissement a souvent été une aventure. (Notre record jusqu’à présent : 2h45 de moto (aller simple) pour rejoindre, de Nyagatare, l’école primaire de Gashahi, dans le secteur de Mukama)

Chacune de nos visites se déroule à peu près selon le même scénario. Les enseignants et les élèves, avertis de notre arrivée, se sont préparés. L’école toute entière nous attend. À peine descendus de moto, nous sommes reçus par le directeur et nous nous dirigeons vers son bureau, accompagnés du regard de centaines voire de milliers d’élèves!

école3

Emmanuel, directeur de l'école Cyonyo
Emmanuel, directeur de l’école Cyonyo

Le nombre d’étudiants dans les écoles est ahurissant. Plus de 3500 élèves sont inscrits à l’école primaire Ntoma où nous étions mercredi. Certaines écoles primaires, dans le secteur de Nyagatare, ont plus de 4200 élèves!

L’explosion démographique est l’un des grands défis de la société rwandaise où jusqu’à tout récemment, une « vraie » famille devait compter au moins sept enfants…

Les étudiants de P6 (l'équivalent de la 6è année au Canada) mercredi matin 24 avril, école Ntoma
Les étudiants des classes de P6 (l’équivalent de la 6è année au Canada) mercredi matin, 24 avril, école Ntoma

Les professeurs que nous venons rencontrer, écouter, observer, nous accueillent avec la plus grande gentillesse. Ils enseignent souvent à plus de 80 élèves, répartis en deux groupes, l’un vient à l’école le matin, de 7 heures à 11 heures 40. Un deuxième groupe assiste aux cours l’après-midi, de 12h40 à 17 heures environ.

école5

école6

Je vais dans les classes observer une leçon, accompagné du directeur ou du directeur-adjoint. Les défis sont immenses. Certaines classes manquent de tout. Il n’y a très souvent pas d’électricité. Pas ou peu de livres. L’infrastructure des classes est défaillante. Vitres ou pupitres brisés. Plusieurs professeurs ne maîtrisent pas l’anglais, pourtant langue officielle d’enseignement.

Malgré tout, il règne dans la plupart des écoles une atmosphère positive et pleine d’espoir.

Les chefs d’établissement sont en très grande majorité compétents, honnêtes, respectueux envers les enfants et les enseignants. Je travaille avec eux sur le plan stratégique de l’école. Ils font souvent des miracles avec très peu de moyens.

Le directeur de l'école GS Nyagatare lors d'une rencontre avec les parents
Le jeune directeur de l’école GS Nyagatare lors d’une rencontre avec les parents

Avec raison, ils sont très fiers de leurs réussites. La propreté du terrain, les arbres qui ont été plantés, les deux ou trois vaches dont s’enorgueillit l’école et qui fournissent, tous les matins, le lait aux enseignants.

Certains professeurs (les jeunes et les célibataires surtout) résident dans des bâtisses aménagées sur le terrain de l’école par le Ministère de l’Éducation. Ils partagent une chambre avec un collègue.

école1

Après les observations, les réunions de partage, tradition rwandaise oblige, plusieurs écoles ne veulent pas nous laisser repartir le ventre vide. Des enseignantes ont préparé un repas. Un plat de viande (en général du bœuf), des bananes vertes, du riz, de la sauce, des haricots, du manioc, nous attendent dans la salle des professeurs ou dans le bureau du directeur.

repas1

Nous dégustons ensemble la cuisine du pays…

repas2

La tradition est respectée. Les visiteurs repartiront, rassasiés.

école4

Quel impact notre travail aura-t-il dans les écoles?

Nos suggestions, nos conseils seront-ils entendus?

Notre présence contribuera-t-elle, au niveau du district, à améliorer la gestion scolaire et la qualité de l’enseignement?

Difficile à dire.

école1

De façon plus large, pour nous, coopérants venus du Nord, faut-il transférer dans les écoles en Afrique les valeurs et les critères de « réussite » véhiculés par le système scolaire des pays dits développés?

Système scolaire où priment, souvent, la performance, le succès individuel, le résultat, la compétition entre les élèves.

Les valeurs sont différentes ici.

école2

La culture africaine, elle, privilégie plutôt la tradition, la qualité de l’accueil, la patience, le silence, les relations entre les familles, l’appartenance au groupe et à la communauté.

Comment concilier et harmoniser dans les écoles ces deux cultures?

Question difficile et complexe!

Il reviendra aux autorités scolaires et aux enseignants rwandais de trouver ensemble la réponse…

école3